Sentier des Sorcières (Vuadens)

Le sentier des sorcières, sur les hauts de Vuadens, est une randonnée familiale dans les alpages et en forêt pendant laquelle on pourra visiter la cabane des sorcières, contempler leur lessive sécher sur des fils et apprécier les différentes créations parsemées le long du parcours.

Détails du parcours

Région: Fribourg.

Point de départ: Pinte des Colombettes.

Accessible en transport publics: Oui.

Point culminant: Les Colombettes d'en Haut (1005 m).

Dénivelé positif: 210 m.

Distance: 4.8 km.

Temps de marche: 01h30.

Difficulté: Randonnée T3.

Date de la course: 15 septembre 2018.


Description

Accès

Accès en voiture

Prendre l'autoroute A12 jusqu'à Vaulruz, puis suivre la route cantonale en direction de Romont. Environ 3 km plus loin, repérer un gros panneau en bois pour la Pinte des Colombette. Suivre la route sur 800 m, puis bifurquer à droite. Poursuivre sur 450 m jusqu'au grand parking à côté du restaurant.

Accès en transports publics

Prendre le train jusqu'à Vuadens, puis marcher jusqu'à la Pinte des Colombettes (environ 30-40 minutes).

Introduction

Le Sentier des Sorcières a été réalisé il y a une bonne quarantaine d'année par Jean-Jean Déforel pour ses petits-enfants. À côté de cela il a aussi imaginé la légende des sorcières Philomène et Phénomène (copiée telle quelle depuis le site web https://www.sentierdessorcieres.org):

Il y a fort longtemps, dans ce beau village de Vuadens, un dimanche matin d'automne, il se mit à pleuvoir des trombes d'eau. Sur l'escalier de l'église, trois bigotes papotaient sous leur parapluie lorsqu'elles virent arriver une vieille femme laide, bossue, avec un grand nez crochu, surmonté d'une énorme verrue. C'était Philomène. La première pipelette dit: "Regardez, on dirait une vieille sorcière!" La deuxième ajouta: "Si c'est une sorcière, il faut la brûler!" Et la troisième dit fermement: "Nous allons demander à nos maris de la brûler vive!"

La pauvre vieille, qui avait tout entendu, eut si peur qu'elle s'enfuit dans la forêt du Plan de la Verne. La nuit tombant, elle se réfugia dans une petite bergerie désaffectée. A tâtons, elle y pénétra, s'allongea sur les feuilles mortes puis s'endormit en frissonnant. Ensuite, chaque soir, elle marchait dans le lit du ruisseau de Cierne-Bon et descendait par celui du Rio Botzà jusqu'au chalet-restaurant des Colombettes. Là, de braves cuisiniers lui laissaient des restes de nourriture sur le bord de la fenêtre. Après avoir mangé, Philomène retournait dans le noir jusqu'à sa bergerie.

Une nuit froide et pluvieuse, elle crut entendre le glapissement d'un renard… Mais en écoutant bien, elle s'aperçut qu'il s'agissait plutôt de gémissements d'un enfant. Sous un sapin, elle découvrit une petite fille en pleurs. Philomène la consola et l'emmena dans sa cabane. Tremblante de froid, elle raconta qu'elle s'était enfuie du village à cause de "méchants". Elle ne voulut pas donner son nom mais expliqua que sa maman était morte à sa naissance et que son papa la battait lorsqu'il buvait trop. Ses camarades d'école se moquaient d'elle car elle était vilaine. Les garçons la tapaient en criant: "Tu es la fille de la sor-ciè-re, tu es la fille de la sor-ciè-re!"

Philomène donna un nom à la petite fille. Elle l'appela Phénomène. Elles devinrent amies. Ensemble, elles concoctaient des potions magiques à base de bave de crapaud, d'orties, de belladone et d'autres ingrédients afin de se défendre contre les méchants qui leur voulaient du mal. Un soir qu'elles se rendaient aux Colombettes, un terrible orage les surprit près d'un bloc erratique. La foudre cassa un épicéa qui fit basculer l'énorme pierre sous laquelle Phénomène s'était abritée. Philomène se jeta sur la petite pour la sauver et se fit écraser par le bloc qui devint son tombeau.

A partir de ce moment, Phénomène disparut assise sur un vrai balai de sorcière. Mais les gens du voisinage racontent que parfois, près du ruisseau des Colombettes, on entend une voix harmonieuse chantant des airs angéliques. Si vous y allez, écoutez bien! C'est peut-être la petite Phénomène?

Le sentier des Sourcières

Depuis le parking suivre la route qui monte en direction de la Pinte des Colombettes. Passer entre les bâtiments et descendre de l'autre côté sur une cinquantaine de mètres par la petite route. Le sentier des Sorcières commence où a été installé un beau dessin d'une sorcière sur fond bleu. Après quelques pas nous rencontrons la première illustration de la légende de Philomène. Le parcours poursuit en longeant le ruisseau des Aunes, malheureusement à sec le jour de notre randonnée…

Quelques dizaines de mètres plus loin un objet pendouille d'une branche: le chapeau de la sourcière. Après seulement quelque minutes mon enfant était déjà complètement fasciné par la promenade, mais ce n'était que le commencement: juste après nous avons atteint un petit pont sur lequel on a vissé un bout de bois avec l'empreinte d'un animal qui vit dans la forêt.

Pour savoir ce que c'est, il suffit de traverser le pont et lire la réponse. Tout au long du parcours on trouvera, au début de chaque pont, une nouvelle empreinte d'animal. Le parcours n'est donc pas seulement amusant, mais aussi didactique!

Le sentier longe le ruisseau sur environ un demi-kilomètre et débouche ensuite sur une route goudronnée. Partir à gauche (panneau) puis bifurquer juste après à droite (panneau). Environ 400 mètres plus loin quitter la route goudronnée et suivre une route forestière (un panneau est aussi présent, mais moins visible que les autres). Descendre jusqu'à rejoindre le ruisseau de Cierne-Bon, lui aussi complètement à sec.

Emprunter le sentier qui longe le ruisseau (panneau). On atteint rapidement la cabane des sorcières que les petits peuvent visiter (les grands aussi, mais attention à la tête!). Le sentier remonte le long du ruisseau. De temps à autre on découvre une nouvelle création des sourcières.

Suivre le sentier jusqu'à rejoindre l'endroit où la sourcière fait sa lessive. Des bancs permettent de faire une pause sous les culottes de Philomène et Phénomène. De là on atteint rapidement une nouvelle route goudronnée. Partir à droite et suivre la chaussée sur 750 mètres (panneaux aux bifurcations). C'est le bout de la randonnée le moins intéressant pour les enfants car il n'y a rien de "magique" à voir…

La route gagne la lisière d'une forêt et poursuit en sous-bois. Les enfants retrouvent rapidement leur bonheur avec des nouvelles illustrations et des nouveaux objets des sorcières. Continuer à suivre la route forestière jusqu'à rejoindre l'endroit où habite le grand magicien bleu. À côté de la chaise longue en bois, aux pieds d'un arbre, une boîte en plastique contient quelques habits du magicien que grands et petits peuvent essayer.

Les déguisements remis proprement dans leur boîte, suivez le sentier qui descends à travers la forêt. Il ne faudra pas marcher longtemps pour atteindre le petit coin des sourcières. Là-bas les enfants peuvent fouiller les toilettes et essayer de deviner leur contenu.

Pendant toute la descente on retrouve d'autres illustrations et créations des sourcières. À plusieurs reprises la sente longe des ravins escarpés. Les mains courantes permettent de se tenir et ainsi éviter de glisser, mais dans ces passages il vaut mieux aider les enfants en leur prenant fermement une main!

Au terme de la descente on rejoint le tombeau de Philomène. Le sentier serpente ensuite d'un faux-plat, sans difficulté particulière, jusqu'au point de départ.


Photos


Commentaires