Pont tibétain Carasc

Le pont tibétain Carasc permet, avec ses 270 mètres de long, de traverser la vallée presque inaccessible qui sépare les communes de Monte Carasso et Sementina. Parcourir le pont est une expérience unique qui, grâce à d'excellentes mesures de sécurité, est adapté aussi aux petits randonneurs.

Détails du parcours

Région: Tessin.

Point de départ: Monte Carasso (248 m).

Accessible en transport publics: Non.

Point culminant: (Sans nom) (795 m).

Dénivelé positif: 650 m.

Distance: 6.3 km.

Temps de marche: 03h00.

Difficulté: Randonnée T2.

Date de la course: 18 mai 2018.


Description

Accès

Accès en voiture

Depuis Bellinzona suivre les indications pour Locarno jusqu'à Monte Carasso. Des parkings payants sont disponibles aux alentours de l'ancien couvent (El Cunvént 10) et prêt du départ de la téléphérique (Via Pedmúnt). Quelques places de parc gratuites sont disponibles à Sementina au début de Via alla Serta.

Accès en transports publics

Depuis Bellinzona, prendre un car postal en direction de Locarno jusqu'à l'arrêt Cunvént de Monte Carasso.

De Monte Carasso à San Bernardo

Depuis l'arrêt du bus Cunvént, suivre la route cantonale en direction de Sementina sur 150 mètres environ, jusqu'au croisement avec la ruelle El Cios. Partir ensuite à droite en direction de San Bernardo (panneaux).

Suivre la route sur environ 300 mètres puis, au-dessus des premières rangées de vignes, bifurquer à gauche (panneaux) et suivre le sentier qui remonte dans une forêt de châtaigniers. L'ascension en sous-bois est fort agréable au vu de la chaleur. Le sentier est très bien entretenu et adapté à tous, y compris aux enfants. J'ai néanmoins dû porter mon enfant de 4 ans pour grimper quelques marches en pierre particulièrement hautes.

Tout au long de l'ascension on croise plusieurs vieilles maisons en pierre. Certaines sont très bien entretenues, d'autres sont malheureusement tombés en ruine.

En suivant les panneaux (extrêmement claires et très bien visibles), grimper jusqu'à la bifurcation de San Bernardo. Partir plein E et rejoindre en quelques minutes l'église qui porte le même nom. Aujourd'hui il n'y a que trois bâtiments à côté de l'église, mais autrefois elle participait activement à la vie du village. Elle a été construite entre le XI et le XII siècle et elle abrite de très riches fresques qui couvrent pratiquement toutes les parois.

À notre arrivée l'église était ouverte et une guide (une femme d'origine brésilienne très sympathique) nous a raconté quelques histoires liées aux fresques.

J'ai été surpris par son enthousiasme qui a réussi même à captiver l'attention de mon enfant! Un bon quart d'heure plus tard nous avons quitté l'endroit et laissé la guide s'occuper des nouveaux arrivés.

Si vous avez le temps, je vous conseille vivement un détour jusqu'à le splendide hameau de Curzútt (Corte di Sotto en italien et sur les cartes), avec ses constructions en pierre, ses potagers et ses terrasses avec leurs cultures de céréales et de vignes. Plusieurs édifices ont été restaurés ces dernières années. En outre il y a une auberge, un restaurant et une aire de jeux pour les plus petits.

De San Bernardo au Pont Tibétain Carasc

Après avoir visité l'église de San Bérnard (et Curzútt?), retourner à la bifurcation et poursuivre l’ascension en direction du Ponte Tibetano Carasc.

Vers les Monti Leone on arrive parfois à apercevoir le pont suspendu à travers le feuillage. Sa longueur est surprenante même avant de le rejoindre, mais ce n'est que vers la dernière partie du sentier que le pont se montre dans toute son élégance.

Plus on approche du portique d'entrée en béton armé et plus on est impressionnés. En arrivant face à l’accès je me suis fait la réflexion que la sortie sur l'autre versant, presque 300 mètres plus loin, était toute petite.

La traversée de la passerelle prend plusieurs minutes, car tout au long on profite du panorama vers la plaine de Magadino d'un côté et les montagnes de l'autre.

Le parcours est facile et sûr grâce à un grillage métallique sur les côtés et à une rampe placée à ses extrémités. Pour ceux qui ne souffrent pas de vertige, une pause à moitié chemin, à 130 mètres au-dessus de la rivière, s'impose.

Le pont tibétain Carasc a été inauguré officiellement le 31 mai 2015 et pour deux ans il a été le plus longue de Suisse. Le nouveau record appartient, depuis juillet 2017, au pont de Randa en Valais qu'avec une longueur de 494 mètres est désormais le plus long pont suspendu du monde!

Du Pont Tibétain Carasc à Monte Carasso

Après avoir traversé le pont on peut encore profiter un instant du panorama à côté de la fontaine. Poursuivre ensuite la marche par l'unique sentier qui monte dans la forêt.

En contrebas des Monti della Costa la pente change de direction et on entame la descente. À la première intersection, suivre "Sementina". Gagner une nouvelle bifurcation une centaine de mètres plus loin. Là vous avez le choix entre descendre directement à Sementina ou faire un détour par le hameau de San Defendente où se trouve l'homonyme oratoire du tard Moyen Âge, qui abrite des fresques du XVIe siècle.

Mon enfant n'étant plus motivé à marcher, j’ai choisi la descente directe sur Sementina. Ce sentier est moins bien entretenu que le reste du parcours, mais il reste en bon état. Hélas certaines grandes marches n’ont pas été évidentes à descendre avec 20 kg sur les épaules (le sac à dos plus mon enfant).

Le chemin dévale dans le sous-bois de châtaigniers jusqu'à Sementina. Rejoindre ensuite la route cantonale, traverser le pont pour retourner à Monte Carasso et au point de départ.


Photos


Commentaires