L'accès au Creux-du-Van sera restreint

Mon opinion, 23 novembre 2017 (actualisé le 07 octobre 2018)

En lisant un article sur le site de 20 minutes j’ai appris que les cantons de Neuchâtel et Vaud ont présenté un projet pour le Creux-du-Van qui doit permettre « d'assurer le maintien de la biodiversité du site tout en permettant aux visiteurs de bénéficier du paysage ».  

Derrière tous ces mots se cachent plusieurs restrictions :

  • La moitié du sentier (la partie centrale) qui longe la falaise sera interdite. Il y aura des aménagements pour canaliser les visiteurs et il y aura des points de vue autorisés. 
  • La pratique de la varappe sera aussi prohibée. 
  • Les itinéraires pour les VTT et le ski de fond seront mieux encadrés. 

Je comprends très bien qu’on veuille préserver l’impressionnant cirque rocheux de la Val-de-Travers, mais je ne suis pas convaincu qu’interdire et réaménager soient les meilleures approches...

Actuellement une route goudronnée mène jusqu’au restaurant du Soliat. Depuis le parking, relativement grand, la falaise est accessible en moins de cinq minutes à pied. Je trouve ça complètement fou : en été, il faut marcher bien plus longtemps pour accéder à une plage au bord du lac à Lausanne ! 

Cet accès facilité est indéniablement un avantage pour ceux qui ne peuvent pas marcher des heures, mais si le but est de préserver le site, pourquoi ne pas fermer (ou fortement limiter) l’accès par la route ? Aaah oui je sais : le restaurant ne serait plus rentable !

La dernière fois que j’ai randonné au Creux du Van c’était en 2011. Avec quelques amis nous étions partis de Noiraigue et nous avions remonté par le raide sentier des 14 virages. C’était au début du mois de mai, mais en arrivant au cirque rocheux j’avais été surpris par le nombre de promeneurs. Déjà à l’époque il y avait quelques panneaux qui demandait de rester sur le chemin à certains endroits et d’autres interdisant de s’approcher de la falaise à des endroits particulièrement dangereux. Bien évidemment ces consignes n’étaient pas du tout respectées, tout particulièrement par les touristes du dimanche montés en voiture (ils sont facilement reconnaissables car ils ont des chaussures qui ne sont pas adaptés à la marche en montagne et n’ont pas de sac à dos), qui doivent absolument faire leur selfie à deux centimètres de la falaise pour rapidement le poster sur Facebook ou sur un autre réseau social...

Est-ce qu’aménager pour canaliser les visiteurs empêchera que ceux-ci empruntent ou aillent où ils n’ont pas le droit ? À mon humble avis, seulement s’il y a des contrôles (et une amende pour les contrevenants). Dans le cas contraire je ne suis pas convaincu que les choses vont vraiment changer.

C’est vraiment dommage qu’il faille encore mettre des restrictions à cause de quelques abrutis égoïstes. Maintenant nous n’avons plus qu’à attendre pour voir comment le projet des cantons de Neuchâtel et Vaud sera réalisé et s’il portera les fruits voulus.


Forte opposition au plan de protection (ajout du 12 mars 2018)

Un article du 2 mars 2018 apparu sur swissinfo.ch nous indique qu'il y a eu 436 oppositions au projet. Environ 400 proviennent du Club Alpin Suisse (CAS) qui s'oppose, entre autre, à l'interdiction totale de l'escalade et à la restriction des itinéraires de randonnée. Parmi les opposants on compte aussi le WWF qui estime que « la nature doit encore davantage reprendre ses droits ».

Les oppositions déposées seront traités d'ici l'automne prochain par les deux cantons. 

Affaire à suivre...


Vaud et Neuchâtel revoient un peu leur copie sur le Creux-du-Van (ajout du 7 octobre 2018)

Des bonnes nouvelles au Creux du Van💥: des compromis ont été trouvés pour la randonnée et la pratique de l'escalade.

Il sera possible de pratiquer l'escalade dans 3 voies en dehors de la période de nidification des oiseaux (1er janvier - 30 juin). Pour la randonnée pédestre, un sentier permettra de faire une boucle depuis la métairie du Soliat. Un parcours hivernale, déjà utilisé aujourd’hui, a été lui aussi intégré dans les tracés autorisés.

Plus d'informations dans l'article de Archinfo.ch.

Commentaires